La Colombe Pascale de Romans
Aller à la recette

Dans le pays de Romans et celui de la vallée de l’Isère, il était une tradition disparue de nos jours, de faire pour le samedi, à la veille du jour de Pâques, une colombe pascale. Tradition ayant sûrement pour origne l’immigration italienne du début du XXème siècle. Mais pourquoi une colombe pascale ?

Deux légendes italiennes se disputent la paternité de la colombe pascale.
> L’une dit que l’abbé Saint Colomban transforma, lors de sa bénédiction, un repas trop riche en période de carême en pains prenant la forme de colombes.
> L’autre datant du VI ème siècle nous conte l’histoire du roi Alboïn de Lombardie qui avait offert, en signe de paix, un dessert en forme de colombe durant le siège de Pavie.

La réalité de la colombe pascale semble plus liée à la marque Motta, célèbre pour ses « panettons » et « pandoro », qui eut l’idée de proposer pour Pâques, dans les années 1930, un
dessert proche du panettone afin de rentabiliser les machines.

Mais pourquoi la colombe comme symbole pascal ?

On doit cela à l’histoire de Noé, le déluge et la colombe dans la Genèse (8, 6-12) :

« La colombe revint à lui sur le soir ; et voici, une feuille d’olivier arrachée était dans son bec. Noé connut ainsi que les eaux avaient diminué sur la terre. » Depuis la colombe symbolise la réconciliation entre Jéhovah et son peuple.

Puis au cours du temps, la Colombe avec le rameaux d’olivier dans son bec est devenue symbole de la Paix.

La recette de la colombe pascale du pays de Romans est légèrement différente de celle d’Italie, il n’y a pas, notamment, de fruits confits.

 

 

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.